Entretien avec Herve Renault, Responsable Europe-Moyen Orient chez VmWare

MarkeTech
Opinion
June 27, 2020

La Société VMware a été créée en 1998. Depuis cette époque, elle n’a cesse de s’agrandir en fournissant ses nombreux services à de multiples secteurs d’activité comme l’administration, le médical, les services financiers, le commerce au détail, l’industrie, les transports...

 

La stratégie globale de l’entreprise est d’assister le client à réaliser sa “transformation digitale” (1) en l'automatisant le plus possible.

De par sa qualité incontestée, la logistique VMware constitue une plateforme idéale dans ce qu’on appelle la “virtualisation”. Elle favorise nettement la mobilité des ressources entre les différents fournisseurs de Cloud Computing.

Les produits et services VMware permettent de mettre en oeuvre, gérer, connecter et sécuriser les applications tant dans le Cloud que sur site.

 

-Bonjour Hervé ! Il y a deux ans, lors de notre dernière rencontre, nous avons parlé de Cloud Computing et de "transformation digitale", les choses ont-elles changé depuis chez VMware ?

 

Il y a deux ou trois ans, les entreprises manifestaient déjà leur intérêt pour la transformation digitale, certaines même commençaient a s’y atteler concrètement. Aujourd’hui, la plupart des entreprises sont réellement engagées dans ce processus. Leur motivation provient sans doute de préoccupations comme la concurrence commerciale, la réduction des coûts, et un besoin grandissant de souplesse. A ce jour, je crois qu’on peut affirmer que nous sommes vraiment à l’ère de la transformation digitale.

 

-Est ce que depuis cette époque VMware a changé sa vision des choses ?

 

Disons que nous avons fortement réfléchi aux méthodes les plus appropriées a la migration vers un environnement “hybride” (2), je veux dire : déplacer tout ou une partie de la plateforme VMware de nos clients vers le Cloud. Pour cela, ils disposent d’un panel de plus de 2500 fournisseurs de Cloud Services. Notre partenariat exclusif avec Amazon, par exemple, nous a permis de développer notre plateforme SDDC (3) nommée VMC (VMware Cloud) disponible sous AWS. Le client peut donc profiter d’un service étendu grâce à notre Écosystème déployé sur de très nombreuses plateformes  “Cloud Computing” telles que IBM Cloud, OVHCloud, AWS, Azure, Oracle Cloud, GCP...

De ce fait, nous fournissons a tous ces“hyperscalers” les moyens nécessaires de vendre nos plateformes SDDC au sein de leur propre logistique Cloud. D’ailleurs, dans bien des cas, nous ne sommes plus les “vendeurs” directs à proprement parler.

Ainsi, nos clients ont la voie libre pour évoluer vers différentes solutions Cloud, tout en restant fidèles a la logistique VMware.

 

-Quelle est votre sentiment quant à la place de VMware dans les grandes Enterprises ?

 

Nous sommes très engagés dans le monde “Enterprise” du fait même d’un parc d’installation VMware très etendu sur ce marché. Les clients font attention à ce que l’évolution de leur “DataCenter” vers le monde virtuel soit complètement “linéaire”.

Je dois dire que certains de nos clients se sont engagés dans une stratégie de migration directe vers le Cloud, ce qui n’a pas été couronné de succès, bien au contraire. L’idée pouvait, au demeurant, être séduisante, mais la réalité de ce type de migration est plus complexe qu’on ne le croit.

 

-Quels sont les enjeux essentiels qui se dressent devant les Grandes Entreprises, quand il s’agit de migrer vers le Cloud ?

  

Le coeur du problème, c’est l’”Application” elle-même. Dans chaque organisme de taille, il y a des centaines voire des milliers d’applications. Pour chacune d’entre elles, il faut évaluer avec circonspection où veut-on arriver. On sait tous très bien qu’il faut aller vers le Cloud, mais on ne sait pas toujours comment y aller. Chaque application a ses contraintes et ses objectifs.

De même ce qu’il faut prendre en compte sérieusement, ce sont les personnes concernées par la migration. Le Cloud entraîne avec lui une métamorphose complète de la définition des fonctions dans l’entreprise. On ne travaille plus de la même façon. Des fonctions et des métiers vont disparaître comme d’autres vont naître. Ce n’est pas du jour au lendemain qu’on devient un DevOps (4). De là, découlent des problèmes de gestion de personnel très significatifs. Cette révolution, pour réussir, va prendre du temps.

Enfin et pour terminer, c’est le paramètre “concurrence” qui pousse l’entreprise a se remettre en question face à d’autres acteurs sur le marche, déjà très efficaces et compétitifs, comme les startups et autres sociétés jaillissantes dotées d’une culture technologique toute nouvelle.

 

-Pour quelle raison, a votre avis, VMware a-t-elle développé un partenariat avec tant de fournisseurs de services ? Quelle est l'avantage de l'offre VMware SDDC par rapport à la concurrence ?

 

Rien n'est absolu dans notre domaine. Il y a des systèmes applicatifs qui peuvent être développés naturellement sur le Cloud, comme d'autres pour lesquels il faut prendre en compte un historique qui complique sensiblement les choses. Personnellement, je ne connais pas un seul de nos clients qui ait réussi a tout transférer d'un coup sans échouer.

La méthode la plus facile à mettre en oeuvre pour migrer ses applications, est de passer par la solution VMware.

 

-La solution VMware SDDC est donc au centre de la stratégie actuelle de votre société ?

 

Absolument ! Et c'est là notre avantage essentiel sur nos concurrents du fait même que nul organisme ne peut migrer d'un seul coup vers le Cloud puisque ce processus doit être progressif.

Il me parait évident que l'on va "traîner" encore de nombreuses années des applications écrites sur la base de langages comme le COBOL, FORTRAN, etc...et de plateformes comme l'AS400 par exemple.

Notre plateforme apporte avec elle un grand nombre d'outils de gestion et d'optimisation pour n'importe quel environnement "client".

 

Comment interprétez-vous le sentiment de certains quant au fait de migrer vers le Cloud, comme étant onéreux, complexe et risqué d'un point de vue sécurité des données ?

En ce qui concerne les coûts, il faut absolument prendre en compte tous les éléments (et il y en a beaucoup !) sans en oublier un seul pour comparer des plateformes entre elles.

Par exemple, sous VMware tout est virtualisé, ce qui réduit considérablement les coûts, les temps de gestion et bien sur la maintenance sans parler d'un coefficient de souplesse qui n'a plus rien à voir avec les plateformes classiques.

Il y a un point important que je voudrais évoquer ici : Le fait d’être totalement dépendant de la logistique d'un fournisseur Cloud, est une très mauvaise chose pour le client. Par opposition a cela, la plateforme SDDC de VMware a la particularité d’être non seulement portable d'un environnement Cloud à un autre mais aussi de permettre un retour immédiat à une solution Data Center.

 

-Que pensez-vous du niveau de réponse apporté par la clientèle EMEA ?

 

Le monde IT progresse et se développe de la même manière depuis toujours. Ça commence sur les côtes ouest des Etats-Unis, pour passer aux Etats-Unis eux-mêmes, puis l'Angleterre, l'Europe toute entière et enfin le Moyen-Orient...

 

-Avez-vous constaté que certains secteurs d'activité adoptent le Cloud plus que d'autres ?

 

Non, le phénomène d'adoption du Cloud est général et concerne tout le monde de la même manière. C'est en tout cas ce qui ressort de nos statistiques de ventes.

Le secteur public dans son ensemble se trouve déjà bien engagé dans le Cloud. Ceci est très intéressant surtout quant a l'adoption des normes du GDPR (5).

Nombre d'organismes se réjouissent aussi de la présence physique  locale des "DATA CENTER", bien qu'ayant eux-mêmes commence par des services fournis a l’étranger.

-Nous avons déjà constaté que VMware investit de très gros moyens dans les développements technologiques de sa plateforme sous AWS. En est-il de même pour d'autres fournisseurs dans ce secteur ?

 

Je suis convaincu que ça se produira grâce aux Clients eux-mêmes. Lorsqu'un responsable des ventes AWS négocie avec un client qui est déjà équipé de la plateforme VMware on-premise, il y a une symbiose commerciale qui se créée entre nous très rapidement.

En tout état de cause, à ma connaissance, des processus de partenariat technologiques sont en cours avec d'autres grands fournisseurs tel que IBM Cloud ou OVHCloud pour ne citer qu'eux...

 

Comment imaginez-vous le Cloud Computing dans les cinq prochaines années ?

 

La courbe d'exploitation du Cloud est exponentielle. On en est encore au début, mais les signes confirmant cette tendance sont déjà clairs.

 

Il y a aussi une technologie qui, il me semble, est sur le point de prendre un envol très sérieux, et je citerai : le "Edge Computing".

Dans un avenir non lointain, nous serons témoins d'une véritable harmonie mettant en jeu les DATA CENTER (on-premise), le Cloud Computing et le "Edge Computing".

De même, l'Internet des Objets (IoT) tout comme le "Machine Learning" ne tarderont pas à prendre une place prépondérante dans le paysage technologique d'un futur proche.

 

Dans le domaine purement applicatif, le fait que nous fournissons une plateforme capable d'accueillir une grande variété de scénarios techniques, nous permet d'accompagner la transformation digitale en toute sérénité.

MarkeTech

MarkeTech is a Media company who believes in content, real content that gives values to it members.

We create podcast, Vlogs and articles based on our global communities.

Related Posts

Newsletter FranceClouds.com

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form